Suicide du nom et suicide du corps

Barberis Orsola
Bouhlal Ahmed

Le processus suicidaire a traversé les siècles et continue à interroger l’Homo sapiens. Le suicide, indique l’existence d’une impasse subjective que nous allons aborder à travers des cas cliniques, des concepts (pulsion de mort, manque à être, manque à avoir …) et des ‘rencontres’ avec des hommes et des femmes (Empédocle, Gérard de Nerval, Marina Tsvétaïeva …) décédés par suicide, en essayant de remettre le suicide à l’épreuve de la psychanalyse. En face : les neurosciences utilisant les propriétés du cerveau pour le tromper et ignorant que son essence même est basée sur une division ! Le manque à savoir du sujet sur sa tentative de suicide rencontre celui des discours ambiants. Notre siècle est atteint par une disruption algorithmique sans pareil et pour laquelle se dégage une et une seule maladie : une anomalie de la connectivité en lieu et place de la souffrance du sujet, séparé de son corps, et dont le nom s’étend aussi loin que le règne du langage.

 

Orsola BARBERIS                                                                                Ahmed BOUHLAL

196 rue de Rivoli                                                                          115 rue Pierre Brossolette

75001 Paris                                                                                                      92140 Clamart

06 22 13 16 73                                                                                                   06 73 48 83 70

orsola.sveva@wanadoo.fr                                                        ahmedbfrancis@gmail.com

 

Le séminaire aura lieu le 4ème mercredi du mois,

À 21h15,

Soit les 25 septembre, 27 novembre 2019,

22 janvier, 26 février, 25 mars, 22 avril, 27 mai 2020.

12 rue de Bourgogne 75007 Paris.