L'hallucination

Godefroy Hélène, Barberis Orsola

D’un point de vue nosologique, l’hallucination se décline en positive ou négative. L’hal- lucination positive met en scène quelque chose qui n’existe pas et l’hallucination négative enlève de la scène quelque chose qui y est bien présent. De manière plus précise : dans le premier cas il s’agit d’une perception sans objet à percevoir, et dans le deuxième, cet objet s’est fait absenter. Auditive, visuelle, olfactive, gustative ou tactile, l’hallucination est donc en relation avec nos données sensorielles. Il s’agira donc pour nous de repérer le rapport que l’hallucination entretient avec l’illusion, le fantasme et le rêve. Ainsi nous verrons d’une part ce qu’il en est de sa compréhension à travers l’histoire et d’autre part comment la psychanalyse peut l’aborder dans sa dimension psychopathologique en interrogeant ses mécanismes à l’appui d’exemples cliniques. En effet, pourquoi une représentation psychique peut, pour un sujet, prendre la voie de l’hallucination (psychose), plutôt que celle du fantasme (névrose) ?


Hélène GODEFROY                                                                                  Orsola BARBERIS   

145 Bd Raspail                                                                                             196 rue de Rivoli

75006 Paris                                                                                                             75001 Paris

Tél. : 06 74 32 23 21                                                                                 Tél. : 06 22 13 16 73

helene-godefroy@orange.fr                                                          orsola.sveva@wanadoo.fr

                                                                  

Le séminaire aura lieu le jeudi, à 21h15, soit les 28 janvier, 25 mars et 27 mai 2021. 12 rue de Bourgogne, 75007 Paris

Ouvert à tous