L'"objet a" en acte : le devenir du désir dans la cure analytique

Assoun Paul-Laurent

L’objet a, invention proclamée de Lacan, cause du désir, en révolutionne la conception, imposant de repenser de fond en comble la rubrique de « relation d’objet ».

Mais quel en est l’effet sur la praxis analytique, où il agit comme manque, à la fois invi- sible et omniprésent ?

On en redéploiera la signification et les complexités, les effets pour la clinique et sa fonc- tion dans la névrose, la psychose et la perversion, pour affronter la question : qu’arrive- t-il à la posture du sujet à « son » objet a, dans et par le processus analytique, moment de vérité et déplacement du fantasme ? Lacan en arrive à situer l’analyste à la place de « semblant d’objet a », pourquoi pas agalma de suppléance... L’enjeu en est l’objet du transfert, en lien avec le « désir de l’analyste », donnant ainsi accès à l’originalité absolue de la cure analytique.

Paul-Laurent ASSOUN
06 86 91 45 33
paullaurent.assoun@gmail.com

Les 1ers et 3es jeudis du mois, de 20h30 à 22h30,
soit les 7 et 21 octobre,18 novembre, 2 et 16 décembre 2021,
6 et 20 janvier, 3 et 17 février, 17 mars, 7 et 21 avril,19 mai, 2 et 16 juin 2022.

Le séminaire aura lieu
12 rue de Bourgogne, 75007 Paris,
ou, à défaut, en Zoom, le lien sera alors fourni aux participants pour chacune des séances.