Pour une clinique différenciée du sujet toxicomane

Jungman Jacques

L’expérience clinique impose de reconsidérer la question du « toxicomane » en insistant sur la notion de sujet toxicomane. À défaut nous sommes pris dans une représentation collective d’un toxicomane défini uniquement par son acte, de façon standardisée, tou- jours avide de transgression et en quête de jouissance Autre. Cette conception élude en conséquence les spécificités de la relation du sujet psychotique avec la drogue. Avec la prise en compte de la parole du sujet nous sommes conduits à repérer des éléments subjectifs qui mettent en évidence des symptomatologies psychotiques jusque-là inapparentes ou mal identifiées. Dans le cas où celles-ci sont présentes, elles sont dénaturées et assimilées à des « psychoses toxiques». D’autre part, nous serons amenés à préciser justement en quoi l’expression clinique de la névrose du sujet toxicomane se distingue radicalement de celle de la psychose. Nous l’expliciterons par des éléments de cas cliniques mettant en évidence leur particularité.

Jacques JUNGMAN jacques.jungman@gmail.com

À 21h, les mardi 19 octobre, 7 décembre 2021, 8 février, 5 avril, 15 juin 2022.
12 rue de Bourgogne, 75007 Paris

– Séminaires –

POUR UNE CLINIQUE DIFFÉRENCIÉE DU SUJET TOXICOMANE

L’expérience clinique impose de reconsidérer la question du « toxicomane » en insistant sur la notion de sujet toxicomane. À défaut nous sommes pris dans une représentation collective d’un toxicomane défini uniquement par son acte, de façon standardisée, tou- jours avide de transgression et en quête de jouissance Autre. Cette conception élude en conséquence les spécificités de la relation du sujet psychotique avec la drogue. Avec la prise en compte de la parole du sujet nous sommes conduits à repérer des éléments subjectifs qui mettent en évidence des symptomatologies psychotiques jusque-là inapparentes ou mal identifiées. Dans le cas où celles-ci sont présentes, elles sont dénaturées et assimilées à des « psychoses toxiques». D’autre part, nous serons amenés à préciser justement en quoi l’expression clinique de la névrose du sujet toxicomane se distingue radicalement de celle de la psychose. Nous l’expliciterons par des éléments de cas cliniques mettant en évidence leur particularité.

Jacques JUNGMAN
jacques.jungman@gmail.com

À 21h, les mardi 19 octobre, 7 décembre 2021, 8 février, 5 avril, 15 juin 2022.
12 rue de Bourgogne, 75007 Paris

En Zoom ou en présentiel, me contacter